vous etes ici : Accueil » SUR DES OEUVRES DE TIERS » Julia Kristeva, un génie de la liberté
  • > SUR DES OEUVRES DE TIERS
Julia Kristeva, un génie de la liberté

D 24 novembre 2016     A par A.G. - C 0 messages Version imprimable de cet article Version imprimable    ................... PARTAGER . facebook


Intellectuelle reconnue, Julia Kristeva cultive et partage un regard profondément libre sur la femme et l’individu, la croyance en Dieu, la rencontre. Elle se confie à Thierry Lyonnet.

Sans doute vous souvenez-vous de son intervention à Assise. Lors du 25ème anniversaire de la rencontre interreligieuse en 2011, elle était la seule femme parmi les responsables religieux du monde entier. Invitée par le pape Benoît XVI, elle représentait les humanistes athées ou agnostiques. Linguiste, psychanalyste, romancière, féministe, cette intellectuelle reconnue comme l’une des plus influentes dans le monde, accepte de dévoiler des facettes de sa vie. Dans Je me voyage (éd. Fayard), elle se confie sur son enfance en Bulgarie, l’ébullition des années 70 à Paris, sa rencontre avec Philippe Sollers et le groupe Tel Quel, sur son engagement pour la reconnaissance de la singularité des personnes handicapées...

éthique du voyage

Je me voyage, curieux titre pour des mémoires ! Cette formule, qui est en quelque sorte sa devise, Julia Kristeva l’a inventée alors qu’elle était dans "l’état onirique" où sont les romanciers quand ils écrivent. Dans ce long dialogue avec l’écrivain et psychologue Samuel Dock, elle dévoile en effet ce qu’est son "voyage intérieur". Le terme est à comprendre au sens noble : "se déplacer, s’interroger, rencontrer autrui et inviter cet autrui à faire le déplacement vers l’autre". Le sens que lui donne la tradition chrétienne. Et que l’athée humaniste cultive — coûte que coûte, car elle a, dit-elle, "peur que cela se perde". "Moi je dis que les gens ne voyagent pas vraiment dans la globalisation." L’expérience intérieure, telle que Julia Kristeva la pratique, elle se fait en voyageant d’un pays à l’autre, d’une disciple scientifique à l’autre, d’une langue à l’autre.

VIDEO | Discours de Julia Kristeva à Assise, le 27 octobre 2011

Intellectuelle réconciliée

Toujours saisir ce qui est intéressant, unique partout et chez tout le monde. Julia Kristeva cultive cette qualité primordiale, qui ne relève pas selon elle d’un optimisme mais "d’un pessimisme énergique". Julia Kristeva a connu dans les années 70 à Paris les intellectuels du groupe Tel Quel — Roland Barthes, Michel Foucault, Gérard Genette, Philippe Sollers, qui deviendra son mari. Avec finesse, elle décrit ce qu’il y avait de bon dans le mouvement mai 68, laissant de côté "l’anarchisme extrêmisme", elle nous réconcilie avec un courant de pensée qui n’a pas bonne presse aujourd’hui.

De la même façon, la féministe qu’elle est, bien plus populaire d’ailleurs aux Etats-Unis qu’en France, fait le tri avec soin dans ce qu’il y a de bon dans les divers courants féministes. "Je ne pense pas qu’il y a le féminisme mais des contributions singulières à la liberté humaine par des femmes, il faut les prendre une à une." Cultivant sans cesse sa singularité de femme et d’intellectuelle, Julia Kristeva a le génie de la liberté. "La liberté, et c’est ça que les traditions grecque juive et chrétienne de l’Europe nous ont appris, c’est que la liberté se conjugue au singulier."

Crédit : RCF

Un message, un commentaire ?

Ce forum est modéré. Votre contribution apparaîtra après validation par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
  • NOM (obligatoire)
  • EMAIL (souhaitable)
Titre
  • Ajouter un document