vous etes ici : Accueil » THEMATIQUES » A l’heure de la Chine » La diplomatie du Dragon et des Pandas
  • > A l’heure de la Chine
La diplomatie du Dragon et des Pandas

D 16 janvier 2012     A par Viktor Kirtov - C 2 messages Version imprimable de cet article Version imprimable    ................... PARTAGER . facebook


Paris (GMT+1)

Pékin (GMT+8)

La Chine va entrer le 23 janvier 2012 dans l’Année du Dragon. Après l’année du Lapin débonnaire et bienveillant, le timbre poste émis à l’occasion de la nouvelle année du Dragon, le dépeint toutes griffes et dents dehors. « C’est pour mettre en scène une Chine digne et sachant se faire respecter  », justifie Chen Shaohua, l’artiste de Shenzhen. A l’image de la Chine 2012 qui ne doute plus d’elle-même ! Quoique, cet autoportrait de la Chine-Dragon ne fasse pas l’unanimité des Chinois : sur Internet, dans l’administration, certains réclamèrent, en vain, une effigie plus « sympa  », moderne, et ouverte à l’étranger.

Parallèlement, après les remous diplomatiques qui avaient divisé Paris et Pékin au moment des Jeux olympiques de 2008, notamment sur la question du Tibet, on note l’arrivée à Paris, en grande pompe d’un nouveau couple de diplomates Chinois chargés de sceller la réconciliation franco-chinoise « Rondouillard » (Yuan Zi) digne mâle de la minorité Panda, accompagné de sa future épouse : « Joyeuse » (Huan Huan). Les mariages sont aujourd’hui admis au sein du corps diplomatique chinois.

23/01/2012 : Table des années du calendrier chinois

La diplomatie Panda

JPEG - 50.5 ko
Le Boeing 777 "Panda express" spécialement affrèté pour l’opération.
Arrivée en grande pompe, accueillis comme des chefs d’Etat

Les deux pandas géants sont arrivés ce dimanche 15 janvier, en France, à bord d’un Boeing 777 spécialement affrété par la société Fedex, le « Panda Express » peint à l’effigie du panda sur l’avant de l’appareil. A l’aéroport de Roissy-Charles-de-Gaulle ils ont été accueillis comme des chefs d’Etat.
Attendus sur le tarmac par des officiels français, dont le ministre de la Ville Maurice Leroy, et l’ambassadeur chinois en France Kong Qua. Le couple de Pandas a pris ensuite la direction du ZooParc Beauval dans le Loir-et-Cher dans des camions à leur effigie et sous escorte de motards de la Garde républicaine. Comité d’accueil dans la commune de Saint-Aignan, non loin du zoo, avec fanfare et applaudissements.

Les stars allaient, enfin, pouvoir aller se reposer dans leurs loges.

Pékin ne voulait pas laisser Paris sur son refus poli de participer au « Fonds de soutien » de l’Euro, ce mouton à trois pattes accouché dans la douleur et non viable. Le Président chinois Hu Jintao a solennellement téléphoné au Président français Nicolas Sarkozy pour annoncer la bonne nouvelle, cette éclaircie dans un ciel noir : deux Pandas géants , bien portants, rondouillards et joviaux, tâches noires certes mais sur fond blanc. Discret rappel du noir de la belle Berthe Morisot au bouquet de violettes , immortalisée par Manet et célébrée par Sollers.
Le Président français a promis juré qu’il irait en délégation, saluer ces éminents représentants de la diplomatie chinoise dans leur Résidence du Zoo Beauval (Loire et Cher). Cher ! Un loyer avec bail de dix ans pour un montant de plus d’1,6 million d’euros selon Le canard enchaîné.. Non pas payé par la Chine pour accueillir ses ressortissants, mais par le Zoo ! Après les rétro-commissions, voilà le rétro-loyer ! Ne soyons pas aigres, voyons le très beau geste symbolique : compte tenu du prix que les Chinois accordent à leurs Pandas, c’est donné. A défaut de prêt à l’Europe, Beijing nous prête ses Pandas. Normal qu’il y ait un intérêt à payer. Et seul le budget du Zoo est mis à contribution. Peut-être aussi celui des Français sur lesquels le directeur compte bien : les 100.000 visiteurs supplémentaires attendus par an pour se rembourser.
Désennuyons nous avec Les Pandas [1] !
Soyons clairvoyant, chassons la grisaille,
sachons regarder les Pandas
aux éclats noirs sur les blancs manteaux.

JPEG - 41.9 ko
Les pandas Yuanzi et Huanhuan arrivent le 15 janvier 2012 au zoo de Beauval, dans le Loir-et-Cher. AFP PHOTO / ZOOPARC DE BEAUVAL

Crédit : Le Figaro, 20 Minutes, Le Monde


L’année du Dragon

Swatch, la célèbre société suisse qui donne l’heure du temps, se devait d’être à l’heure chinoise et a doté sa collection 2012, d’un modèle spécial pour le Nouvel An chinois, l’Année du Dragon. Puisqu’il s’agit du Dragon d’eau, la montre blanche et bleue est ornée d’un Dragon survolant une étendue d’eau.

Cinquième des douze signes astraux, le Dragon, tel Janus, porte un double visage :

Superbe et généreux, il est champion de la fertilité, de l’abondance et la beauté. C’est pourquoi 2012 verra naître 5% de bébés de plus qu’en 2011, et tant pis si ces « petits dragons  » soi-disant « nés coiffés  » devront se battre toute leur vie pour des places limitées dans les écoles, en fac, dans l’administration. ?

Mais comme signe de l’empereur (depuis les Song, 960-1270), il est aussi « impérieux  », habitué à imposer tous ses caprices. Aussi, les maîtres de Fengshui n’aiment pas trop ce signe, synonyme d’événements incontrôlables, comme le pense l’économiste He Fan.

On voit ici la dualité d’un 2012 attendu en Chine comme l’an de sortie de crise (vous avez bien lu !) mais aussi comme le moment du quatrième changement d’équipe politique depuis 1949. Moment vulnérable, comme pour le crabe venant de muer, devant affronter dans sa carapace molle le vieillissement de son système autoritaire, et affronter des masses désormais armées d’un outil imparable de communication, Weibo, le Twitter chinois... Quoiqu’il en soit, du patron de PME au cadre du Parti, la Chine croit dur comme fer à son système astral et agira sous son influence. Un regain de prospérité est à attendre - notamment de l’excédent de naissances attendu, coup de fouet à la consommation.

JPEG - 68.3 ko
Un calligraphe chinois en train d’écrire différents caractères signifiant « Dragon », à l’occasion des célébrations de la nouvelle année lunaire, à Weifang dans la province de Shandong à l’est de la Chine.

La Chine se prépare donc au Chunjie (Nouvel An Lunaire, 23/01). Elle envoie les enfants chez le coiffeur, et les tontons préparent leurs étrennes (yāsuìqián , 压岁钱). Elle leur sert la bouillie de riz de Làbā (腊八),en l’honneur des ancêtres. Depuis des semaines, elle prépare son banquet et ses cadeaux, forte de ses 19.109¥ de revenu par citadin en 2011- doublé depuis 2006. Elle se dépêche aussi de payer ses dettes, de retrouver du travail, un logis, d’avoir réglé ses affaires avant l’an neuf, tandis que l’Etat multiplie les bonnes résolutions et rêve plus que jamais de gagner en popularité. La Chine achète aussi les billets de retour au village. Là, on mesure l’immense mutation en cours : les 40 jours des fêtes du Dragon de 2000 voyaient 800 millions de déplacements individuels (tous transports confondus). En 2012, ils seront 3,2 milliards, le quadruple. Entre-temps la Chine a eu le temps de digérer la technologie française et allemande (Siemens) des TGV et non seulement se l’approprier mais l’améliorer et concurrencer les anciens fournisseurs rivaux, qui en leur temps s’étaient livrés une guerre commerciale pour conquérir ce marché. Siemens en était sorti gagnant. Mais il est des victoires du moment que l’ ?uvre du temps et des Chinois transforment en défaites.

Les Occidentaux feraient bien de s’en souvenir au moment ou la guerre commerciale sévit, cette fois-ci, entre Europe et Etats-Unis, pour alimenter le dragon chinois en avions commerciaux. Le même scénario est à l’ ?uvre ! Economie capitaliste, qui vit dans le présent, esclave de sa faim de résultats à court terme, trimestre après trimestre... quarter après quarter puisque « l’horloge parlante » économique, désuète comme cette antiquité, parle encore anglais. Contrairement au Titanic qui ne savait pas qu’il allait à sa perte, chacun est conscient que cette guerre commerciale est perdue, dès lors qu’elle commence. ( théorisé dans l’Art de la guerre, traité chinois).

La morale de cette fable est que nous ne sommes pas assez Chinois. C’est donc se tromper de cap que de vouloir se mettre dans les pas de l’Allemagne.
La deuxième morale c’est que la renaissance de la Chine est venue après un longue éclipse avant l’éclaircie. Nous entrons dans notre passage par le désert. Jésus y est passé avant d’annoncer la « bonne parole ». Moïse était passé par la montagne, Mahomet aussi, pratiquant l’ascèse dans une grotte avant sa chevauchée céleste de La Mecque à Jérusalem. Plus précisément de la Kaaba cet édifice cubique au centre de la grande mosquée de La Mecque, jusqu’à Jérusalem. Et que trouve t-on à l’intérieur de la Kaaba ? ...Une pierre noire, offerte par l’ange Gabriel, aujourd’hui enchâssée dans un cadre en argent ; autrefois, il était en or. Opposition du noir et la lumière céleste :

Sollers : « Manet montre une évidence sortant du noir, une éclatante lumière. » [2]

ou encore :

« Les tableaux où Lucie apparaîtrait, si j’étais peintre, devraient être envahis par l’intensité de ce noir sans lequel il n’y a pas d’éclaircie . Noir et halo bleuté. Tout le reste, robes, pantalons, bijoux, répondrait à ce noir, nudité comprise. »

Le dieu de Sollers n’est pas puritain, il est un dieu baroque du XVIIIème, il aime ses créatures jusque dans leur noirceur intense.

...Espérons seulement que notre passage au désert ne durera pas aussi longtemps que pour les Chinois. Mais nous en avons bien pour dix ans, cinq disent les plus optimistes, vingt disent les moins optimistes, avant que le phénix ne retrouve l’éclat de son plumage, éclats noirs dans un manteau blanc. Dix ans, c’est le temps du prêt des « Pandas-double A » (...vous l’avez peut-être noté ! Même la perfide Albion qui ne perd jamais une occasion de nous étriller n’avait pas eu l’idée de nous prêter un Panda-double A !), ceci, pour nous inviter à nous amender et devenir meilleurs ? Non, bien sûr, dans la meilleure des intentions possibles : nous aider à oublier notre perte du triple A. Continuez à consommer les produits chinois et à aimer nos Pandas. ...Rien qu’une note ! Pas une réalité concrète disent certains ; oui, mais un symbole...! Et l’histoire humaine nous a appris la force des symboles.

JPEG - 55.5 ko
Le cycle de douze ans du zodiaque chinois
JPEG - 35.7 ko
La carte du Ciel Nord et la constellation du Dragon (Draco)

Crédit : D’après Le vent de la Chine


[1À l’instar du narrateur de L’Eclaircie (Ph. Sollers) qui commence les séances dans le studio de la Rue du Bac, celui de son amante Lucie D. par une incantation rituelle : Désennuyons nous !...

[2L’Eclaircie

Un message, un commentaire ?

Ce forum est modéré. Votre contribution apparaîtra après validation par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
  • NOM (obligatoire)
  • EMAIL (souhaitable)
Titre
  • Ajouter un document


2 Messages

  • V.K. | 20 janvier 2012 - 17:19 1

    Précision bien notée, Nush, puisée à de bonnes sources. Occasion aussi de vous remercier de votre fidélité à pileface, au fil des années, et de vous souhaiter une nouvelle bonne année coréenne sous le signe de bon augure, donc , du Dragon noir.

    ...Le noir mis en valeur par Sollers dans son roman L’Eclaircie - qui joue entre l’ombre et la lumière, le noir de l’Austin de Lucie D. et le noir de la robe de Berthe Morisot... La mode en noir, toujours tendance, parce qu’intemporelle. "Il n’existe pas un noir mais des noirs" ajoutait Yves Saint-Laurent. Le noir qui habille si bien la femme pour mieux découvrir sa carnation.
    _ "Oh, Lucie, merveille noire de la rue du Bac ! " (Ph. Sollers, L’Eclaircie).
    _ Dragon noir de bon augure..., chacun, chacune va pouvoir rêver sans cauchemarder.

    What else ?...Vous prendriez bien un Nespresso ajoute George Clooney avec un soupçon de sourire d’encouragement. Vous acceptez et il cite Voyelles de Rimbaud : "...A, noir corset velu des mouches éclatantes / Qui bombinent autour des puanteurs cruelles". Vous êtes scotchée, même si vous préférez Eluard, vous voyez la mouche s’ébattre dans votre café, et devant votre bouche interrogative, George enchaine : "Oui, c’est comme l’humour, c’est meilleur très noir !".


  • Nush | 20 janvier 2012 - 11:58 2

    Precisons que cette nouvelle annee s’ouvre sous l’auspice du dragon "noir", qui revient tous les 60 ans, mes amis coreens me disent qu’il est un signe de bon augure, a chacun de se faire sa propre opinion...