Sur et autour de Sollers
vous etes ici : Accueil » NOTES » Marcelin Pleynet et la revue "faire part" le 21 avril à la Halle (...) par : PileFace.com
  • > NOTES

Marcelin Pleynet et la revue "faire part" le 21 avril à la Halle Saint-Pierre

D 10 avril 2013     C 1 messages Version imprimable de cette Brève Version imprimable   

La librairie de la Halle Saint-Pierre
la revue faire part
ELSB Diffusion
vous convient, à l’occasion de la parution du numéro consacré à Marcelin Pleynet, à une rencontre autour des numéros monographiques de la revue
le Dimanche 21 avril 2013 à 15 heures
en présence de :
Michel Crépu, Patrick Beurard-Valdoye, Alain Coste, Thibaud Coste, Marc Dachy,
Yves Di Manno, Jacques Henric (sous réserve), Marcelin Pleynet, Fabienne Raphoz,
Caroline Sagot-Duvauroux (sous réserve), Andrea Schellino
Réservation conseillée
Auditorium de la Halle Saint-Pierre
2, rue Ronsard - 75018 Paris - 01 42 58 72 89 - Métro et autobus Anvers
Tous renseignements complémentaires : Halle Saint-Pierre

Voir Itinéraires de Marcelin Pleynet et Hommage à Marcelin Pleynet


Un message, un commentaire ?

Ce forum est modéré. Votre contribution apparaîtra après validation par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
  • NOM (obligatoire)
  • EMAIL (souhaitable)
Titre
Ajouter un document
  • Lien hypertexte

    LIEN HYPERTEXTE (Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)


1 Messages

  • A.G. | 22 avril 2013 - 17:38 1

    Une journée à Paris

    Visite de l’exposition consacrée à « Giotto et consorts » (musée du Louvre, 2ème étage). Une seule salle, peu de monde. Impressionnant Saint François stigmatisé, plusieurs autres peintures ou fresques disséminées dans divers musées d’Europe. Une magnifique Crucifixion attribué à Giotto ou un de ses disciples (vers 1330). L’exposition tombe bien au moment où on peut relire le « Giotto » de Marcelin Pleynet, épuisé depuis plus de vingt ans.
    Promenade toujours bienfaitrice dans le Jardin des Tuileries (fleurs de toutes couleurs ; beaucoup d’enfants jouent au soleil : c’est dimanche). Découverte et photographies sous tous les angles de l’immense sculpture de De Kooning Standing figure (1969 /1985). « Calme bloc ici-bas chu d’un désastre obscur » ? « Aération », comme on a pu justement l’écrire (Jean-Hugues Larché).
    Métro. Direction : La Halle saint-Pierre, au pied du Sacré-coeur. Après-midi consacrée à la revue faire part et, pensais-je, à Marcelin Pleynet. Pleynet est déjà là « (— Je suis content de vous revoir. » « — Moi aussi. »). Puis Michel Crépu, David Grimberg, Pierre Nivollet, Florence D. Lambert, Augustin de Butler (salut !)...
    Brèves présentations des organisateurs (merci, c’est moi qui vous remercie, etc.). Alain et Thibaud Coste présentent leur revue et le spécial Pleynet (faire part 30-31, printemps 2012), puis Pleynet fait une lecture de quelques textes dont des extraits de L’amour vénitien qui vient d’être publié en italien, traduit par Andrea Schellino, hélas absent (la manif pour tous ?). Belle, mais trop brève, intervention de Michel Crépu qui met l’accent sur « Marcelin Pleynet, écrivain du XXIe siècle » (bien vu), sur la « difficulté à sortir du XIXe et de la posture avant-gardiste », cette « tenaille » ; sur « l’exigence de pensée » qui fait la singularité du poète. Crépu s’attend à des questions (plus tard)... qui ne pourront pas être posées. Pleynet évoque l’année 1940 : « les allemands en uniforme, à Paris, c’était quelque chose » (il a 7 ans).
    Pas d’allemand aujourd’hui, mais la débâcle commence.
    Re-présentation de la revue faire part. Projection vidéo d’une lecture émouvante d’un de ses poèmes par Henri Meschonnic (dans les AG agitées de mai 1968 à Lille : il m’appelait « le glossaire » !). Re-re-présentation de la revue. Re-vidéo d’une longue et fastidieuse lecture d’un pouèpouète dont j’ai oublié le nom. C’est techniquement inaudible. Pleynet se bouche l’oreille gauche. Par mimétisme, je fais pareil : ça reste inaudible. Misère de la poésie... « — Marcelin Pleynet, vous voulez reprendre la parole ? » « — Non, non... On vient d’avoir un bel exemple de la tragédie de l’avant-gardisme ! » Gêne de l’interpellant. Un des organisateurs croit (ou a envie) que tout ça se termine et se lance dans l’éloge de deux chocolatières présentes dans la salle et invite l’assistance à une dégustation. C’est le cas de le dire : on est chocolat ! Au fond de la salle, le vendeur de chocolat et un membre de faire part s’engueulent. On sort prendre l’air. Tout va bien : le soleil brille toujours.

    J’ai quand même pris quelques notes, précieuses, et j’ai pu prendre quelques photos.

    Marcelin Pleynet, le 21 avril 2013


    JPEG

    Michel Crépu, le 21 avril 2013