vous etes ici : Accueil » NOTES » « Portraits de femmes » au programme du « Masque et la Plume (...) par : PileFace.com
  • > NOTES

« Portraits de femmes » au programme du « Masque et la Plume »

D 13 janvier 2013     C 5 messages Version imprimable de cette Brève Version imprimable   

Fini le temps où le Masque et la Plume, étrillait Sollers, sans autre forme de procès, la critique de son dernier roman « Portraits de femmes », contient plus de louanges que de damnations, et le Masque et la Plume perdrait de son intérêt sans son acide. Son mordant alchimique grave des portraits plus saisissants où eau-de-parfum de femmes et eau-forte font bon ménage.
Aux côtés de Jérôme Garcin, pour cette émission, Olivia de Lamberterie (Elle), Michel Crépu (Revue des deux Mondes), Nelly Kapriélian (Inrockuptibles) et Arnaud Viviant (Transfuge).

(14’35)

(mp3)


Portraits de femmes


Un message, un commentaire ?

Ce forum est modéré. Votre contribution apparaîtra après validation par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
  • NOM (obligatoire)
  • EMAIL (souhaitable)
Titre
Ajouter un document
  • Lien hypertexte

    LIEN HYPERTEXTE (Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)


3 Messages

  • anonyme | 3 février 2013 - 12:36 1

    On sent l’embarras de Mr. Garcin qui est ... embarrassant : le mieux serait que le Masque ne critique plus les livres de Mr Sollers qui ne méritent d’ailleurs pas de l’être.


  • V. K. | 19 janvier 2013 - 00:17 2

    Bonjour Marc’O,

    Heureux de retrouver votre esprit frappeur pour louer Sollers à sa juste mesure et nous sortir de la montonie ronronnante dans laquelle semblait s’endormir la critique à l’encontre de son dernier petit livre « Portraits de femmes ». 155 pages c’est peu pour une vie si remplie !

    JPEG - 27.2 ko
    Benoît Monneret, Dormeurs, 2013/01

    Critique ronronnante assez largement positive à l’exception de l’attaque frontale d’Alice Ferney dans Le Figaro Magazine....
    ...Encore que l’article de Jean-Paul Enthoven , dans le registre ironie, cingle jusque dans les voiles des concurrents du Vendée Globe qui, indifférents, maintiennent le cap ; ils ont vu d’autres vents plus rugissants.

    ... Encore que dans la brillantissime série d’émissions Hors-champs consacrée à Sollers par Laure Adler aussi excellente que perfide, quelques flèches empoisonnées y soient lancées sur le ton anodin. Ainsi son « Vous êtes toujours content ! ». Sollers esquive, comme il sait le faire quand la flèche touche une partie sensible, il en rajoute en grossissant le trait. Fin d’escarmouche...

    Non, alors que nous avions oublié, lui n’avait pas oublié. A la toute fin du spectacle (ou montage perfide de la production), le taureau blessé, son corps dont le sang coule se souvient des banderilles, lance un jet fumant de ses narines et joue de ses cordes vocales pour beugler une dernier tirade de bravade, pathétique gémissement de douleur . Même blessé, le taureau dit, à sa façon, que le spectacle, c’est lui qui le fait, pas l’intervieweuse.
    C’est ici, tout à la fin.

    Quant à la critique du Masque et la Plume, Jérôme Garcin a remplacé François-Régis Bastide et Sollers a perdu son plus grand ennemi personnel, celui qui le traitait d’« Immonde Sollers », invective d’une violence rare, aujourd’hui perdue. Les « suffisant » et autres qualificatifs d’aujourd’hui ne suffisent pas à rivaliser avec les attaques d’hier. C’est vrai qu’entre François-Régis Bastide et Sollers il y avait une femme, et pas n’importe quelle femme, celle qui à elle-seule justifie ce livre dont on parle aujourd’hui : « Portraits de femmes » : Dominique Rolin. Le jeune Sollers, de dix ans le cadet de Bastide, ne respectait pas les pancartes « chasse gardée », crime de lèse majesté. Et qu’advint-il, la belle Flamande lui préféra le fringant Bordelais. Tout ceci est conté dans le livre de Jérôme Garcin « Son Excellence, monsieur mon ami » et dans l’article pileface « La guerre du goût selon Jérôme Garcin ». Entre François-Régis Bastide et Philippe Sollers.


  • Marc’O | 18 janvier 2013 - 18:31 3

    "Fini le temps où le "Masque et la Plume" étrillait Sollers."

    Bizarre, vous avez dit bizarre ?

    Voyons le casting :

    - Jérôme Garcin, employeur de Sollers
    - Michel Crépu, publié par Sollers
    - Arnaud Viviant, publié par Sollers

    Honni soit qui mal y pense !