vous etes ici : Accueil » NOTES » L’arc et la lyre / Sprezzatura par : PileFace.com
  • > NOTES

L’arc et la lyre / Sprezzatura

D 23 novembre 2009     C 2 messages Version imprimable de cette Brève Version imprimable   

Ils ne comprennent pas comment ce qui s’oppose à soi-même s’accorde avec soi : ajustement par action de sens contraire, comme de l’arc et la lyre.

Héraclite, frg. 125

Cité en exergue de "Noblesse de la guerre, Nietzsche en stratège" par Jean-Hugues Larché dans la nouvelle revue littéraire SPREZZATURA, N°1 Automne-Hiver 2009.

Le site de la revue


Un message, un commentaire ?

Ce forum est modéré. Votre contribution apparaîtra après validation par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
  • NOM (obligatoire)
  • EMAIL (souhaitable)
Titre
Ajouter un document
  • Lien hypertexte

    LIEN HYPERTEXTE (Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)


2 Messages

  • V.K. | 24 novembre 2009 - 18:30 1

    Désolé d’avoir maltraité votre prénom, que mon ami A.G. a corrigé avant même que je ne m’en aperçoive !

    Pour les lecteurs de Pileface, précisons aussi que Jean-Hugues Larché est le réalisateur d’un film « Nietzsche, miracle français par Philippe Sollers » dont nous avons rendu compte dans un article d’A.G, que l’on peut retrouver, ici.

    Cette proximité intellectuelle avec Sollers de plusieurs des membres de Sprezzatura, ne nous a pas échappé, avec aussi Sandrick Le Maguer et son livre « Portrait d’Israël en jeune fille » publié dans la collection L’Infini sur le thème de Marie, entre autre, un thème sollersien, revisité à la source des racines hébraïques derrière le grec des Evangiles qui est parvenu jusqu’à nous. Aussi, le flamboyant bretteur Alexandre Gambler, qui avant de se lancer dans l’aventure de Sprezzatura a commis un texte : « le corps de Sollers » en forme de reconnaissance de filiation... Le thème, Guerres irrégulières, "programmatique", de votre premier numéro n’est pas, non plus, sans évoquer les guerres de Sollers : « Guerres secrètes », « Guerre du Goût »... Et jusqu’aux références littéraires et artistiques : Debord et Sollers cités dans votre discussion inaugurale qui ouvre la revue. Nietzsche avec vous etc.

    Proximité sollersienne, certes, mais pas seulement, et comme le domaine de notre site a pour objet « Sur et autour de Sollers », nous consacrerons prochainement un article à la nouvelle revue littéraire Sprezzatura.
    Dès à présent, Bon vent, d’autant plus que le siège en est à Brest.

    Viktor Kirtov


  • anonyme | 23 novembre 2009 - 11:52 2

    Jean- Hugues Larché, si je peux me permettre.